CFPA Bougaa

CFPA Bougaa

Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation

RELIZANE - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Dada Moussa Belkheir a annoncé, dimanche à Relizane, que près de 6.400 jeunes exerçant dans son secteur au titre du dispositif d’aide à l'insertion professionnelle (DAIP) à travers le pays sont concernés par la confirmation dans leurs postes, en application de la décision du Gouvernement récemment concernant cette catégorie de travailleurs.

 

Dans une déclaration à la presse lors de sa visite d’inspection dans la wilaya de Relizane, le ministre a indiqué que dans le cadre des directives du gouvernement concernant cette opération ,1.000 jeunes exerçant dans le secteur seront confirmés dans des postes permanents avant la fin de l'année en cours et le restant au cours des années 2020 et 2021 suivant l'ancienneté.

 

Dada Moussa Belkheir a présidé, en compagnie de la ministre de l'Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, une cérémonie de remise de diplômes à une promotion  de stagiaires de la formation professionnelle composée de 69 apprentis ayant suivi une formation spéciale aux "métiers du textile" au complexe d'industries de textile Tayal situé au parc industriel de Sidi Khettab (Relizane).

 

Les diplômés ont également reçu des contrats de travail à durée indéterminée au complexe et il est prévue la sortie d'une promotion de 500 autres apprentis au courant de l'année prochaine, qui bénéficieront aussi de contrats de travail à durée indéterminée CDI dans le cadre de l'accord conclu en 2018 entre le ministère de la Formation et de l'Enseignement professionnels et le complexe "Tayal''.

 

Dans le même contexte, le ministre a affirmé que son secteur "œuvre sur la promotion de la formation des filières d'excellence aux normes internationales grâce à la coopération avec des entreprises pilotes dans leur domaine de spécialisation, comme le complexe de textile de Relizane".

 

Pour sa part, la ministre de l'Industrie et des Mines a souligné que "le complexe intégré des métiers du textile Tayal est un édifice économique et un exemple de partenariat constructif et la preuve de la volonté entre l'Algérie et la Turquie dans le domaine de l'investissement et de la création de richesse".

 

"Nous pouvons être fiers de ce partenariat pionnier dans l'industrie textile algérienne dotée d'équipements et de matériel modernes qui répondent en partie aux besoins du marché national dans le domaine de l'habillement et réduisent les importations", a-t-elle déclaré.

 

Au terme de sa visite dans la wilaya, la ministre de l’Industrie et des Mines a inauguré une unité de production de câbles électriques dans la zone industrielle de Belassel offrant 100 postes d'emploi. Réalisée pour un investissement de 3,4 milliards DA, cette unité a une capacité de production de 150.000 tonnes/an de câbles électriques par an.

 

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels a, pour sa part, inspecté dans la daira de Oued Rhiou le CFPA de la commune de Ouarizane.

 

Publié par l’APS le : lundi, 09 décembre 2019


09/12/2019
0 Poster un commentaire

Le dossier du baccalauréat professionnel soumis lundi au Premier ministre

Image aps.jpg
Photo APS

 

ALGER - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Belkhir Dada Moussa a révélé, samedi à Alger, que le dossier du baccalauréat professionnel était "fin prêt" et sera soumis lundi prochain au Premier ministre.

 

"Le dossier du baccalauréat professionnel est fin prêt et sera soumis lundi prochain au Premier ministre", a fait savoir Dada Moussa dans une déclaration à la presse en marge de la conférence nationale des universités.

 

Citant les avancées réalisées dans ce dossier, le ministre a rappelé l'installation, fin septembre dernier, de la commission interministérielle chargée de l'examen du dossier de lancement du baccalauréat professionnel, laquelle vise à rendre le cursus professionnel plus attractif pour les élèves et leurs parents.

 

Selon M. Dada Moussa, la commission en question a été chargée de "la réorganisation du processus de l'enseignement professionnel", en coordination avec le secteur de l'Education, l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique et la Direction générale de la fonction publique, et ce en application des instructions du Premier ministre, Noureddine Bedoui, données lors de la réunion du Gouvernement du 24 juillet dernier, en vue de rendre le cursus professionnel plus attractif pour les élèves et leurs parents.

 

Il s'est dit optimiste quant à la capacité de ce baccalauréat à former une génération maitrisant la théorie et la pratique, notamment en matière d'intelligence artificielle.

 

Il a assuré, à ce propos que le Bac professionnel "aura le même niveau que le baccalauréat général", et concernera les élèves admis, ajoutant que ce Baccalauréat offrira la possibilité aux lauréats de poursuivre leur cursus dans l'enseignement supérieur dans le cadre du système LMD.

 

Publié par l’APS le : samedi, 07 décembre 2019


08/12/2019
0 Poster un commentaire

Formation professionnelle: une délégation nigérienne en "mission technique" à Alger

ALGER - Une délégation du ministère des Enseignements techniques et professionnels du Niger, effectue une "mission technique" à Alger, du 2 au 6 décembre, dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale algéro-nigérienne dans le domaine de la Formation et de l'Enseignement professionnels, indique mercredi un communiqué de ce ministère.

 

Cette délégation comprend le directeur général du Fonds de la Formation professionnelle du Niger et du directeur général de la Chambre des métiers et de l'artisanat, ainsi que des formateurs du Lycée professionnel de Niamey, précise le communiqué.

 

Cette visite s'inscrit dans le cadre du "prolongement de la visite de travail effectuée par le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Dadamoussa Belkhir, à Niamey, du 5 au 7 novembre 2019, sur invitation de son homologue nigérien Tidjani Idrissa Abdouladri, ministre des Enseignements techniques et professionnels", rappelle la même source.

 

Publié par l’APS le : mercredi, 04 décembre 2019

 


04/12/2019
0 Poster un commentaire

Des sections déléguées pour les personnes aux besoins spécifiques des wilayas de l’intérieur et du sud à la prochaine rentrée professionnelle

BOUMERDES - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Belkhir Dada Moussa a annoncé, mardi à partir de Boumerdes, le lancement à partir de la session professionnelle de février prochain, de sections déléguées pour la formation des personnes aux besoins spécifiques des wilayas de l’intérieur et du sud du pays.

 

"Une décision a été prise en vue de la création de sections déléguées au niveau des wilayas de l’intérieur et du sud, à la session professionnelle de février 2020", a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées, au Centre de formation professionnelle et d'apprentissage (CFPA) des handicapés moteurs de Corso.

 

Ces sections de formation, dont le "nombre n’a pas été encore fixé", selon le ministre, "relèveront des Centres de formation professionnelle et d'apprentissage spécialisés pour handicapés des wilayas de Boumerdes, Laghouat, Skikda, Relizane, et Alger", a-t-il fait savoir.

 

"Notre ambition est d’assurer, en collaboration avec tous les autres secteur concernés, une formation de qualité à cette catégorie sociale d’importance, qui soit de même niveau que celle offerte aux personnes ordinaires", a ajouté Belkhir Dada Moussa. Il a précisé que cette nouvelle mesure a pour objectif "de réduire les distances entre les domiciles de ces personnes et leur lieu de formation, et de leur éviter les difficultés de déplacements", a-t-il expliqué.

 

Le ministre a, aussi, fait part de démarches en cours, en vue de l’ouverture de nouvelles spécialités au profit de cette catégorie sociale, au niveau de la totalité des établissements de formation du pays.

 

"Nous œuvrons à l’intégration de nouvelles spécialités adaptées aux besoins de cette catégorie sociale, notamment les non-voyants, dans le système d'ingénierie pédagogique du secteur",  a-t-il dit.

 

M.Belkhir Dada Moussa a qualifié ces nouvelles spécialités dont "l’annonce se fera à la prochaine rentrée de février", de "vitales", du fait, a-t-il précisé, qu’elles seront "adaptées aux nouveaux besoins et aspirations de cette catégorie", dont la formation "ne sera plus réduite à une spécialité ou deux, à l’instar de celle de standardiste", a-t-il observé.

 

Répondant aux interrogations des journalistes, le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels a notamment annoncé la "reconduction de l’instruction portant sur la priorité (ou l’exclusivité) accordée par les centres de distribution téléphonique aux non-voyants, dans le recrutement".

 

Il a signalé un renforcement futur du "caractère de ce type d’emploi, qui doivent revenir exclusivement à ces seules personnes", a-t-il assuré.

 

Des stagiaires et artisans relevant de catégories aux besoins spécifiques d’un nombre de wilayas du pays ont pris part à cette manifestation, ayant donné lieu à l’exposition de réalisations et œuvres de jeunes stagiaires spécialisés, entre autres, en sculpture sur bois, confection d’habits traditionnels , et autres métiers artisanaux.

 

Publié par l’APS le : mardi, 03 décembre 2019


04/12/2019
0 Poster un commentaire

Les avantages du micro crédit bientôt élargis aux personnes aux besoins spécifiques

Image micro crédit.jpg
Photo APS

 

BOUMERDES - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Belkhir Dada Moussa, a fait part mardi à partir de Boumerdes d’efforts consentis par ses services en vue de l’élargissement des avantages et incitations assurés par le dispositif du micro crédit aux personnes aux besoins spécifiques dans le pays.

 

"Nous œuvrons actuellement à faire profiter les personnes aux besoins spécifiques des avantages de ce dispositif par l’entremise de l'Agence nationale de gestion du micro crédit (Angem), dont la contribution est avérée dans la création d’activités diverses à leur profit aux fins de faciliter leur intégration professionnelle", a indiqué le ministre dans une allocution prononcée à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées au Centre de formation professionnelle et d'apprentissage (CFPA) des handicapés de Corso.

 

"Les efforts de concertation et de coopération permanente consentis avec d’autres secteurs ministériels concernés ont permis de lancer les bases d’un partenariat au travers la signature d’une convention, le 15 octobre dernier, visant la promotion du dispositif du micro crédit et l’accompagnement des diplômés de la formation professionnelle", a-t-il dit.

 

Belkhir Dada Moussa a affirmé avoir "observé chez les personnes handicapées d’importantes aptitudes au travail, à condition que leur soit offerte l’opportunité d’un emploi adapté à leur handicap" et ce, grâce au micro crédit, "particulièrement dans les domaines liés à l’artisanat d’art", tout en exprimant sa conviction quant à leur "capacité artistique les habilitant à contribuer au développement de ce secteur vital, qu’est l’artisanat d’art".

 

Sur un autre plan, le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels a souligné "la place d’importance" consentie par le Gouvernement à la protection et à l'intégration de cette catégorie sociale dans le cadre de la politique nationale de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Une volonté consacrée, a-t-il dit, par la loi n° 02-09 du 9 mai 2002 relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées pour leur intégration économique et sociale.

 

"Ce principe (d’intégration des personnes aux besoins spécifiques) a toujours constitué une priorité pour le secteur de la formation professionnelle", a affirmé Belkhir Dada Moussa, qui a fait part de l’existence d’un "programme spécial" pour la prise en charge de cette catégorie, en lui assurant "une mise à niveau et une formation qui lui permettent de contribuer dans la création de la richesse de façon indépendante et responsable, tout en faisant montre de leur (handicapés) capacité à gagner leur vie dignement".

 

Depuis 1999, le secteur de la formation professionnelle a assuré une formation pour plus de 34.000 personnes handicapées, soit une moyenne de 1000 handicapés/an, est-il signalé.

 

Selon le ministre, le programme de formation a été concrétisé grâce, notamment, à la réalisation de centres de formation régionaux spécialisés (pour personnes handicapées moteurs), à Boumerdes, Laghouat, Skikda et Relizane, outre le CFPA de Kouba (Alger) destiné à la formation résidentielle. A cela s’ajoute, l’adoption de nombreuses formules de formation expressément adaptées aux besoins de cette catégorie sociale, à qui "la priorité est accordée pour être intégrée dans des sections ordinaires, tout en les encourageant à suivre une formation adaptée", a souligné le ministre.

 

Le même programme porte sur l’intégration des stagiaires handicapés moteurs dans des sections ordinaires au niveau des établissements de formation proches de leur domicile, avec l’ouverture de sections spéciales pour les cas dont le handicap ne permet pas une intégration dans des sections ordinaires.

 

Une formation résidentielle leur est également offerte au niveau d’autres organismes, relevant, entre autres, des secteurs de la santé et de la solidarité nationale, ainsi que du mouvement associatif, est-il signalé.

 

Publié l’APS le : mardi, 03 décembre 2019


04/12/2019
0 Poster un commentaire